24/12/2007

Bûche frivole (episode 2) le suspense a assez duré. Démoulage et décoration.

C'est le jour J, l'heure H, le moment fatidique : démoulage de la chose. Si vous avez manqué l'épisode de la réalisation vous pouvez assister au rattrapage ici.

Déjà, ne pas s'énerver, maintenant qu'il y a le plan B, on respire.

Ensuite, prévoir le plat de service. Comme celle-ci est pour emporter, qu'elle est plus longue que mes plats, j'ai improvisé un plat en carton, recouvert d'un papier blanc, parsemé d'étoiles, recouvert de papier cristal (comme chez le fleuriste, ), ça donne une petite note brillante. 

Alors, on pose le plat sur la gouttière, on vise bien, hein, et on retourne le tout. On évoque une dernière fois St Honoré qui doit être aussi sollicité que le Père Noël et dé-li-ca-te-ment on retire la gouttière. Jusque là pas de soucis, le plus risqué reste à venir : le film alimentaire. Toujours dé-li-ca-te-ment on déshabille la bûche, bon, ça ne se présente pas si mal que çà, ça accroche un peu certes, mais rien ne s'écroule. 
La sueur perle sur mon front.....ça y est. Il reste bien sur le film quelques morceaux de mousse et de chantilly, rien de bien méchant, les décors prévus cacheront les imperfections. On peaufine le dessert : feuilles de chocolat ça et là, petites meringues pour évoquer les champignons sur les bûches, les vraies, et pis c'est tout!!! On n' en rajoute pas, même si on est tenté par le nain, la scie et le houx en plastique. On emballe le tout, et le tour est joué. On remercie quand même St Honoré, même si c'est nous qui avons tout fait. On ne sait jamais. On va prendre une douche, se pomponner. 

Comme pour la bûche, on n'en rajoute pas, pas de paillettes, pas de plumes dans les cheveux..... On charge la voiture, là, ça gueule un peu, fatalement, faut tout mettre. 
Les chocolats, les nougats, les guimauves, le pain d'épices, les meringues, les pâtes de fruits, les bouteilles, les cadeaux que le Père Nöel qui veillit a déposé chez vous, les affaires de toilettes, (bah oui, maintenant on dort sur place, vu que l'on va sûrement un peu...si peu picoler), et The bûche, plus le plan B. On récapitule dix fois si on n'a rien oublié, on ferme la porte, on cache la clé .......dans...............non, vous rigolez, j'vais pas vous l'dire, et on s'en va. 
  Joyeux Noël à tous, à toutes, et rendez vous bientôt.....

23/12/2007

Bûche frivole chocolat, chantilly et feuilles de chocolat craquantes (épisode 1, la confectionp).


La tradition aime que l'on serve une bûche le soir du réveillon, mais la tradition ne dit pas qu'elle sorte de bûche. La pâtisserie comme la mode a ses tendances, ses modes, et parce qu'il faut que la bûche plaise à un maximum d'invités j'évite toujours les mélanges osés.
Ce que j'appelle "osés" ce sont les nouvelles associations telles que vanille-réglisse, violette-framboise, rose et "je ne sais plus quoi" un peu comme les macarons.
Cette année, je suis invitée, il me revient donc l'honneur de préparer tout ce qui est sucré. Je ne vous dresse pas la liste de ce que j'ai préparé, les billets précédents sont là pour cela.
Je me suis décidée à faire un bûche avec de la mousse au chocolat et de la crème chantilly parce que je sais qu'elle plaira à tout le monde. 
Au départ, j'avais l'intention de la réaliser comme un gros chocolat fourré. Un moulage chocolat garni. J'ai abandonné l'idée, un peu trop risquée. Les garnitures risquaient d'anéantir le chocolat. En plus pour le service, bonjour la présentation!!!
Après mûres réflexions, hésitations, j'ai opté pour une base en sablé breton (semelle en pâtisserie) sur laquelle le coucheront voluptueusement une crème fouettée à la vanille et une mousse au chocolat.
Pour compliquer l'exercice j'ai prévu d'intercaler une couche de chocolat craquant au lait entre les deux. 
Et c'est à ce moment là que vous me dites : "mais pourquoi "frivole", le nom de cette merveille"?
C'est là que je vous répond : " parce que j'ai peur qu'au démoulage, elle se barre!!!" et là, M'sieurs-Dames, je vais travailler devant vous sans filet.
 
Aujourd'hui, réalisation de la bûche, demain démoulage et verdict. 
Comme on travaille en couches dans le moule (gouttière en pâtisserie), la surprise a lieu le lendemain, au moment crucial de le démouler.
Étant donné je suis invitée, il m'est impossible de la dresser au moment de servir. Et pour finir, elle doit voyager la bougresse!!!
Aller, assez discuter, on s'y met!!!
On prend donc une gouttière recouverte de film alimentaire dans laquelle on dépose la mousse au chocolat.

Ensuite, on pose délicatement la feuille de chocolat au lait que l'on a préparée à l'aide d'un gabarit pour éviter les surprises.
Le gabarit en carton est recouvert de film alimentaire pour que le chocolat se décolle facilement. Bien entendu il s'agit de chocolat tempéré, sinon, pas de croquant!
Si possible, éviter de casser la feuille de chocolat, hein, pas comme moi. "Faites ce que je dis, pas ce que je fais".
Ensuite, vient le tour de la crème fouettée, et là, je ne vais pas vous mentir, pour éviter toute déconvenue, je l'ai dopée avec de la poudre de perlimpimpin (Chantifix).

Pour terminer, la semelle de sablé breton réalisée avec un gabarit aussi. 
 
 
Et, là, on oublie, et surtout on prie très fort jusqu'à demain St Honoré patron des pâtissiers.
On se revoit donc demain pour le démoulage.
A ce moment là, vous me demandez : "as tu prévu un plan B"? et je m'entends répondre que non, mais le doute s'installe et je vais de ce pas préparer un dessert de sauvetage.
Ce sera un St Epvre de forme rectangulaire, je sais qu'il aura du succès, on me le réclame tout le temps.

21/12/2007

Petits chocolats fourrés.

Faire soi même les chocolats est un plaisir réel.

Ce n'est pas compliqué, un peu fastidieux et puis après plusieurs essais, ratage, on y arrive et on est très fiers.

Ne réalisant pas des chocolats en grosse quantité, j'utilise le chocolatier électrique que le Père Noël a eu la bonne idée de m'apporter l'année dernière. Il me permet de garder le chocolat à la température requise sans bain marie et sans en mettre partout.
Il me permet à mon petit niveau de travailler le chocolat aisément.

Une fois que le chocolat est à bonne température, il ne reste plus qu'à le mouler, le garnir et le refermer.


J'en profite pour remercier encore une fois mes amis qui pour mes 40 ans m'ont offert un stage chez Lenôtre qui m'a permis de me perfectionner et qui leur permet à présent de déguster les friandises que je fais.



Le tablage : 
(ou tempérage).

Quelque soit le chocolat choisi, il faut le monter à une certaine température (qui varie selon le blanc, noir ou lait), de la faire redescendre et de la faire remonter à une température que l'on conserve lorsqu'on le travaille.

Pour cela, je vous donne le lien de Bertrand qui sait beaucoup mieux que moi expliquer comment l'on doit procéder.





Bon, maintenant que le chocolat est a point il suffit, y'a qu'à, faut qu'on, moule les chocolats.

Pour cela, je le fais au pinceau, c'est beaucoup plus long, mais ainsi je travaille proprement.

Je mets une première couche, je laisse prendre (jamais au froid hein, sinon le chocolat blanchi) puis met une seconde couche que je laisse à nouveau prendre.





Lorsque la seconde couche est prête, je rempli de ganaches diverses.



Vous trouverez plus bas quelques idées.

Ensuite, on ferme le chocolat en remettant une couche.






Comme cela ça parait compliqué, mais si j'y arrive, vous y arriverez. Surtout si je vous dis que je suis maladroite, étourdie.....

Une fois pris, on peut décorer de fondant, pour les reconnaitre c'est très pratique.




Quelques suggestions de ganaches :

On part d'une base de ganache nature que l'on aromatise. Simple comme bonjour. Alors là, vous pouvez tout essayé. Les arômes vendus dans le commerce sont faits pour cela.

On peut également alcooliser la ganache avec des liqueurs : poires, framboises, mirabelles...avec des alcools : rhum, whisky, vodka...tout est permis.

Il est possible aussi de fourrer les chocolats avec du fondant aromatisé. Là c'est très simple. Le fondant, vous l'achetez (vous savez c'est ce qui sert à décorer éclairs et religieuses).

Pour l'aromatiser, il suffit de le mélanger avec un peu d'eau, du colorant et quelques gouttes d'arôme.


On peut faire du praliné : tout bête, deux portions de ganache nature et trois portions de praliné


On croirait à s'y prendre l'intérieur des escargots Lanvin.

On peut aussi remplir les chocolats de Nutella : les enfants adorent.

A la ganache nature on peut incorporer des brisures de meringues, des éclats de noisettes, d'amandes, de croquante, de noix, du pailleté feuilletine.

Comme d'habitude, si vous avez d'autres idées, n'hésitez pas en m'en faire part. Si vous avez des questions, posez les moi dans les commentaires, je serai ravie de partager mon experience.

Des friandises faites maison feront toujours plaisir à ceux à qui vous les destinez, alors n'hésitez pas à remplacer les cadeaux achetés tout faits par vos réalisations.

Gourmandises à croquer...d'un coup.


Cette année, comme l'année dernière, Noël ne se fêtera pas chez moi. Alors, fatalement, j'ai moins de boulot.
Enfin, presque!!
Parce que voilà,( je vais vous raconter ma vie, mais pas longtemps, n'ayez crainte), je garde des enfants. Et vous savez que la tradition veut que les petiots soient gâtés à Noël.

Alors depuis plusieurs années, je ne leur commande plus de jouets à mes pt'its loups.

Je commande au Père Noël des recettes et ainsi, je leur offre à chacun des petites gourmandises.
Pour n'oublier personne, je pense aussi à leurs parents.
Cette année, j'ai tout mis dans un panier, (à cause de la grippe qui m'a empêchée de faire tout ce que j'avais prévu), l'année dernière je leur ai offert dans un coffre fait de pain d'épices, l'année d'avant dans un panier en pastillage.

Voici donc quelques gâteries en avant-première puisque Père Noël n'est pas encore passé.
Je compte sur votre discrétion pour ne rien leur dire bien entendu.


Chocolats "maison" : praliné, poire, nutella, bergamote....
La base est une ganache aromatisée ensuite.
La recette de la ganache est ici. Sur les conseils de Bertrand Simon, je rajoute un peu de beurre en fouettant à la fin de la recette.


Guimauves : vous trouverez la
recettes ici.
Je n'ai pas encore eu le temps, mais je vais le faire, je les enroble de chocolat.
Bien entendu, vous pouvez les aromatisées au parfum de votre choix.


Nougats : un délice, comme pour les guimauves, ils attendent leur bain de chocolat.
La recette est chez Hummm. C'est celle qui me convient le mieux, et je vous promets, que j'en ai essayées!!




Les pâtes de fruits : la recette je l'ai volée à Amélie, je vous l'ai déjà dit, il me semble.
A ceci j'ai ajouté : des petits pots de confitures, des bonshommes en pain d'épices (ceux qui ne se sont pas sauvé chez Dedicacessen) des meringues, et un livre, parce que déguster des bêtises avec un livre, c'est un bonheur.





18/12/2007

Bonhommes en pain d'épices

Bon, je vous le promets, c'est la dernière fournée de pain d'épices, après on passe à autre chose.

Avant, il faut que je vous raconte ce qui m'est arrivé hier.
Vous connaissez tous la légende du bonhomme de pain d'épices?
Non? Bon, je vo La mamie elle fait un petit bonhomme en pain d'épices, à la sortie du four, voilà pas que le gugusse cuit se sauve. Siiiii, c'est l'histoire!! Et pis en se sauvant de la maison, il lance un truc du genre "tu ne m'attraperas pas"!! ça dure comme ça des plombes...il rencontre une vache, pis plein d'autres animaux....pis évidemment comme il n'est pas plus malin que le reste du monde, y finit par se faire bouffer par un renard!! Oui, d'accord, c'est triste, mais bon, au départ , il n'était qu'en pain d'épices, il était tout de même un peu destiné à se faire croquer!! Bon maintenant que je vous ai résumé le conte, voici ce qui m'est arrivé hier après midi : Je voulais faire des gugusse en pain d'épices, j'ai embauché ma Clarinou qui sera héritière de mes recettes, donc faut quand même la former un peu. Je disais donc, j'ai embauché ma Clarinou, on a sorti les bonshommes du four, les a laissé refroidir, et Claripouette a commencé à les décorer, à leur donner une âme, quoi!! Vous ne devinerez jamais ce qui s'est passé!!! A peine le glaçage séché voilà que le bonhomme commence à se barrer!!!!!!Siiiiii, j'vous jure!!!Mais le pire, c'est qu'il n'est pas parti tout seul, le mariole!!! Il a emmené avec lui une Madame pain d'épices que Clara lui avait gentiment présentée pour pas qui s'ennuie jusqu'à Noël!!
Je suis sure que vous ne me croyez pas!!! Demandez à ma fille, vous verrez, elle était là.
Mais le pire, ce n'est pas ça. Vous savez ce qu'il m'a dit en partant? "j'vais participer à un concours"!!! "Quel concours "? On lui a demandé "Le kikiveukivienkuisiner"a t-il répondu!!
Et il s'est sauvé!!! Enfin, Ils se sont sauvés!!
Je me suis renseignée sur ce satané concours. J'ai compris.
Je ne vous retiens pas plus longtemps, tous les détails sont ici, sur Dédicacessen. Vous trouverez également une autre recette.
Si vous voulez participer, c'est encore possible, on a jusqu'au jeudi 20 décembre. En attendant, qui c'est qui va le dévorer mon couple, hein???? Et pis, en y réfléchissant un peu, y nous aurait pas enfumé l'Anglais avec son conte? Parce que ça m'a turlupiné cette histoire. Y pouvait pas se barrer du logis, le gugusse, il n'était même pas peint!!! Eh, on ne me l'a fait pas à moi!!!!

15/12/2007

Pain d'épices moelleux





Vous sentez ? non ?.... Approchez vous un peu....là.....encore un peu......et là, vous sentez ?La cannelle, l'anis, l'orange.........c'est encore du pain d'épices.
 Mais cette fois si, comme un cake, moelleux, parfumé. Comme beaucoup de recettes en pâtisserie, il doit exister autant de recettes que de cuisinières. Cette recette me vient d'une mamie, je l'ai transformée un peu, si peu. Le plus difficile est le dosage des épices. Alors maintenant que je suis équipée d'une cuillère qui pèse au milligramme près, (merci Doudou) tout est précis. 


Remplir son Chaudron 

250G de farine de gruau (ou farine de type 55 pour remplacer)  100 g de beurre - 250g de miel - 50g de sucre roux - 2 œufs - 1 sachet de levure chimique - 1/2 zeste d'orange - 3 gr de 4 épices - 1.5 gr d'anis en poudre - 2 gr de gingembre - 5 gr de cannelle - une pincée de sel.

La Formule Magique :
Dans un saladier, mélanger ensemble les épices, la farine, le sel et la levure.
Dans une casserole faire fondre le miel et le beurre et laisser refroidir.
Lorsque le mélange beurre-miel est tiède, ajouter les oeufs préalablement battus, puis le sucre. Bien mélanger. Ajouter cet appareil° à la farine épicée.
Mélanger intimement.

Terminer par les zestes.
 Débarrasser° dans un moule à cake tapissé de papier sulfurisé ou dans un moule en silicone.

Enfourner pour une heure.
Attendre que le gâteau soit refroidit pour le saupoudrer de sucre glace tamisé 

Secrets de Sorcière :

On peut ajouter à la pâte des fruits confits.
On peut aussi remplacer le sucre glace par un nappage blond sur lequel seront disposés des fruits confits également.
Pour conserver ce pain d'épices plusieurs jours je vous recommande de l'emballer dans du film alimentaire. 



Découpé en petits carrés il se plaît à accompagner le foie gras.
Je n'ai pas eu le temps de le photographier en entier, le temps que je change les piles de l'appareil photo, un gourmand, une gourmande l'avait déjà goûté!! 

 La farine T55 convient également, mais la farine de gruau correspond mieux aux pâtisseries.


Glossaire de la sorcellerie :

° appareil : préparation 

°débarrasser : verser une préparation d'un contenant à un autre. 

11/12/2007

Décoration de Noël (second episode)



A présent passons à la déco de l'escalier.
Comme il est situé dans mon entrée, j'aime lorsque l'on arrive à la maison que l'ambiance de la nativité nous accueille.
Regardez bien, sur votre gauche, nous avons la photo du Père Noël, il a bien voulu poser pour nous il y a quelques années.
Dans l'angle de l'escalier un lampadaire, à ses pieds et sur les marches des rondins de bois que nous avons blanchis avec du blanc de Meudon.

Du lierre file entre une guirlande blanche et les bûches.
Le gros sel aux pieds du bois imite la neige.
Le cadre "volutes" est fait en papier maché peint en blanc.




Amusez vous bien, prenez du plaisir, et si vous êtres trop occupés et que l'on ne se revoit pas sur ce blog, joyeuses fêtes!!!!

Ah, attendez...revenez....j'ai oublié la nappe : un simple drap blance sur lequel j'ai peint des motifs avec de la peinture pour tissus.

10/12/2007

Decors de Noël. 1er épisode

Comme je vous l'ai déjà raconté, Noël est une période particulièrement importante au sein de notre petite famille.
Outre les repas familiaux, amicaux aussi, j'accorde une importance particulière à la décoration de la maison.
Dans ces moments là, c'est l'occasion de partager des moments privilégiés avec mes enfants. Clara et moi adorons bricoler toutes les deux et faire de la pâtisserie. Son frère, lui donne son avis, c'est vrai que les loisirs manuels passionnent moins un ado de 16 ans.
Julien, lui préfère donner un coup de main en cuisine.
Voici quelques idées que j'ai pêchées ça et là, chez des amis, dans des livres mais aussi, que j'ai trouvées avec l'aide de ma Clarinou.
Les objets créés ne reviennent pas très chers, c'est souvent de la récup", du détournement, et surtout un enoooorme plaisir.
Si vous avez des idées différentes, des avis, n'hésitez pas à me laisser des commentaires.
Cette année nous avons choisi un thème "bleu polaire". Pour cela nous avons associé à différents objets et décorations du blanc et de l'argent.
Tout d'abord, le bord de la fenêtre blanc est recouvert d'un tissus en organza bleu sur lequel nous avons posé du film alimentaire transparent. Pour imiter la neige, nous avons saupoudré le film alimentaire de gros sel.

Les vitres sont recouvertes d'un film alimentaire pour donner un effet glacé et pour rehausser le tout, nous avons réalisé des motifs en windows color dans les ton bleus, argents et blancs. Enfin, pour achever l'effet givré, nous avons vaporisé de la neige artificielle en bombe.

Une petite boite bleue garnie de billes de verres
agrémente la fenêtre; quelques billes sont éparpillées ici et là.
Une citrouille peinte en argent est
illuminée par une guirlande. La peinture est une peinture pour chrome.
Il se peut que le soir du reveillon, elle se transforme en carosse, qui sait?

Cette guirlande a été transformée. Nous avons réalisé des gouttes en windows color que nous avons collées sur les ampoules.

un guirlande tout bête : du grillage à poules sur lequel on accroche ce que l'on a sous la main : boule, plumes, fils de fer.....
Toujours la même guirlande : ici avec un collier de perles et une lune fabriquée de nos propres mains avec des bandes de plâtre.
Sur le rebord de la fenêtre :
un lumignon fait maison . La peinture est du blanc de Meudon. Les paillettes sont déposées avant que la peinture ne sèche.


La même version en bleu : toujours du blanc de Meudon auquel on a ajouté une goutte de colorant alimentaire bleu.
La lune suspendue au dessus de la fenêtre est faite avec des bandes de plâtre peintes ensuite en blanc. La silhouette de village est découpée dans du
carton plume blanc. La bouteille devant est tout simplement remplie d'eau colorée. Le buffet bleu est aussi habillé pour les fêtes.
Il était bleu au départ, je ne me suis pas amusée à repeindre toute la maison!!!
Un bouquet de glaçons bleus et blancs étoffe l'arbre de lumières.
Il suffit de découper des bouteilles d'eau minérales et de les passer au dessus de la flamme d'une bougie pour obtenir des stalactites. Les vases sont remplis de sel fin ou de gros sel pour imiter la neige.
Pour donner plus de brillant on peut déposer du film alimentaire froissé, une guirlande.
Le prochain billet vous fera visiter l'escalier que nous avons décoré.