30/11/2007

Maison en Pain d'Epices





Qui n'a pas rêvé depuis l'enfance d'habiter la maison que rencontrent Hansel et Gretel au détour d'un chemin?
Qui n'a pas rêvé depuis l'enfance de croquer dans cette charmante maisonnette?

Du rêve à la réalité, il n'y a qu'un pas. Il suffit d'un peu de patience, d'un soupçon d'imagination, d'un zeste de gourmandise pour réaliser la maison en pain d'épices.






Il faut d'abord préparer les gabarit en carton des murs, du toit et le socle qui la supportera. Ensuite, faire la pâte et la découper selon les gabarits.


Puis la décoration, et ensuite l'assemblage.

Pour qu'elle soit comestible entièrement, un glaçage royal fera office de colle.




Pour qu'elle soit encore plus jolie j'ai eu l'idée d'y installer avant le montage une guirlande électrique.

Pour réaliser les décors de chaque pan de mur et du toit, le mieux est de mettre le glaçage dans un sachet congélation et de couper un angle suivant la taille que l'on désire, ainsi cette fausse neige sera plus facile à appliquer.
L'utilisation du pinceau est possible, mais le travail sera plus long.

Si elle n'est pas destinée à être dévorée, on peut utiliser de la colle à chaud. La colle sera ensuite cachée avec le glaçage royal.




Pour les finitions, bretzels, langues de chat, bonbons, gaufrettes, fruits secs, aideront à la rendre plus jolie.



Je remercie mon amie Martine qui m'a gentiment prêté cette maison pour le blog.

Maison en Pain d'Epices (recette de la pâte)

A la demande de plusieurs fidèles du Chaudron Magique, voici la recette de la pâte de base pour réaliser la maison d'Hansel et Gretel.



Après plusieurs essais j'ai particulièrement aimé la recette de Tartopoir, (collègue modératrice du forum de Bertrand Simon). Voici donc sa recette, et à votre gauche, sa réalisation.. Merci Tarto'.







Remplir son Chaudron :

870 g de farine + 30 g pour la plaque 4 cuil à café et demi de levure chimique 1 cuil. à café de sel 20 cl de miel 420 g de sucre 60 g de beurre + 15 g pour la plaque le jus d'un citron et son zeste râpé 1 oeuf + 1 jaune Mélange d'épices: 2 cuil. à café de cannelle en poudre 1 cuil. à café de girofle pilé (environ 4 clous) 1/4 de cuil. à café de muscade râpée 1/4 de cuil. à café de cardamome pilée (environ 5 gousses) Allumez le four à 160C.

La Formule magique :

Beurrez et farinez une plaque à pâtisserie d'environ 30 sur 45 cm, ou bien chemisez-la d'un papier sulfurisé. Mélangez dans une grande terrine la farine avec la levure, le sel et les épices. Dans une casserole, faites fondre le miel, le sucre et le beurre. portez à ébullition en remuant.


Quand tout est bien fondu, retirez du feu et ajouter le jus et le zeste de citron. Laissez refroidir à température ambiante. Incorporez la préparation dans la farine, et ajoutez l'oeuf et le jaune en mélangeant d'abord à la spatule. farinez ensuite vos mains et pétrissez jusqu'à ce que la pâte soit bien homogène, souple mais un peu collante. mettez la pâte au centre de la plaque, puis étalez-la jusqu'à ce qu'elle recouvre toute la plaque. insistez bien avec les doigts pour la tasser dans les angles. Égalisez la surface avec un rouleau à pâtisserie.





Faites cuire la plaque au centre du four pendant 35 minutes, jusqu'à ce qu'elle soit bien brunie. Laissez refroidir 5 minutes dans le moule, puis démoulez sur une planche à découper.

Secrets de Sorcière :

Il faut la découper tout de suite selon le gabarit en carton qu'on aura pris soin de préparer à l'avance, car sinon le pain d'épices sera trop dur et vous ne pourrez plus le couper.

On fait sur une plaque le socle , les 2 murs de côté et les contreforts intérieur. sur une autre : les murs pointus et la cheminée et sur la troisième les deux moitiés de toit (bien entendu suivant la grosseur de la maison).

On peut faire des vitraux aux fenêtre en utilisant des feuilles de gélatine.


Pensez aussi à faire les découpes pour la porte et les fenêtres pendant que le pain d'épices est tiède.


Le glaçage :
Battre au fouet 1 blanc d'oeuf avec du sucre glace tamisé.
Le mélange doit être épais et brillant, très épais.
Au cas où il sécherait en cours de préparation, on peut rajouter un peu d'eau.
Je fait toujours le glaçage en plusieurs fois afin de ne pas en gâcher trop.

Par économie on peut aussi faire le glaçage avec de l'eau chaude et du sucre glace. On peut aussi faire le sucre glace soit même en mixer du sucre en poudre.

J'ai essayé un jour que je suis tombée en panne de sucre glace.

Si vous avez des questions, n'hésitez pas, laissez moi un message, je répondrai à vos interrogations.



23/11/2007

Muffins à la pralinoise.


Il y a différentes façons de déguster la pralinoise :

Furtivement, en allant chercher un paquet de pâtes dans le placard, hop, on vole un carré, parfois deux, rarement plus, c'est juste parce qu'on l'a vue, au départ, on n'en n'avait même pas envie.

Égoïstement, allongés sur le canapé, avec un bouquin qui nous passionne, alors, là, sans s'en rendre compte, la plaque ne résiste pas.


Voluptueusement dans un bain de mousse...détente, avec une petite musique de fond, la moitié de la plaque, suffit, le bain refroidit, faut remettre de l'eau chaude, ça coupe la gourmandise.


Tranquillement, devant la télé, l’émission ne nous passionne pas tellement, on est quatre, donc démocratiquement  on n'a pas forcément choisi le programme.
En plus, on est plusieurs, fatalement, on en mange moins, de la Pralinoise, vu qu'il faut partager!!!


Et enfin, les muffins au chocolat de Christophe Felder. Alors là, on peut en même temps, prendre un bain, lire un bon bouquin, se détendre. L 'honneur, la conscience sont saufs, vu que l'on ne met qu'un demi-carré dans chaque gâteau.

Donc, j'ai emprunté la recette à Mr Felder, et ai juste rajouté un petit, tout petit carré de Pralinoise.

Remplir son Chaudron :

100g de chocolat noir - 110g de beurre - 4 oeufs - 150g de sucre cristallisé - 60g de farine - 1 cuillère à soupe de cacao amer - quelques petits carrés de Pralinoise.



La formule Magique :

Préchauffer le four à 210°.
Tamiser ensemble la farine et le cacao amer. Laisser en attente.
Faire fondre au bain-marie le chocolat et le beurre.

Battre les oeufs et le sucre pour obtenir un mélange bien mousseux. Incorporer le mélange chocolat/beurre en continuant à fouetter.

Ajouter ensuite la farine tamisée et le cacao toujours en fouettant. Le mélange doit être homogène.

Remplir à moitié les moules à muffins, déposer un petit carré de Pralinoise, recouvrir de pâte et enfourner pour 14 minutes .
Après cuisson laisser refroidir et saupoudrer de sucre glace pour le décors

Secrets de Sorcière :

On peut napper les gâteaux de glaçage chocolat, ou neutre.
On peut ajouter des brisures de noix, noisettes, noix de pécan etc...
Dégustés tièdes, on retrouve la Pralinoise fondante
Dégustés froids, on retrouve la Pralinoise craquante.


On peut décliner cette recette "façon Coulants Chocolats" de Michel Bras en les proposant avec une crème anglaise, un coulis de carambar.



21/11/2007

Chouquettes au chocolat.











La Parenthèse Enchantée


C'est un cuisinier du nom de Popelini qui inventa la pâte à choux sous le règne de Catherine de Médicis.


Il confectionnait un gâteau baptisé Popelin en le faisant dessécher sur le feu, "à chaux", comme cela s'écrivait à l'époque, d'où ce nom de " pâte à chaud", qui par la suite est devenu "pâte à choux", car elle ne servait qu'à fabriquer des choux.


La recette que je vous fais découvrir aujourd'hui est une recette qui sort un peu de l'ordinaire car c'est une pâte à choux au chocolat.


On la croise rarement dans les livres de cuisine, sur les blogs, dommage, je trouve qu'elle mérite d'être connue.


Nature, fourrée, elle s'utilise comme la pâte à choux classique.


Remplir son Chaudron :


140g de farine - 110g de beurre - 5 oeufs - 10cl de lait - 1cuill soupe cacao amer - 2 cuill à soupe de sucre - 1/2cuill à café de sel - 15cl d'eau.



La formule Magique :

Préchauffer le four 200°. 
Tamiser le cacao. 

Dans une casserole, porter à ébullition le lait, l'eau, le beurre, le sucre et le sel; aux premiers bouillons, retirer du feu et ajouter le mélange farine-cacao d'un seul coup et bien mélanger.
Remettre sur le feu, et remuer pendant deux minutes environ, la pâte doit former une boule et de détache des parois.

Retirer du feu et ajouter les oeufs un à un. Utiliser une cuillère en bois si vous n'utiliser pas de robot électrique.

Dresser° sur une feuille de papier sulfurisé et parsemer selon votre envie de sucre grain ou de pépites de chocolat.




Enfourner le temps qu'il faut (bah oui, ça dépend des fours, alors je ne prends pas de risque à vous donner des conseils).


On peut, comme la pâte à choux nature ouvrir la porte de four en fin de cuisson pour aider au dessèchement.


Une fois cuits et refroidis, garnir les choux de crème pâtissière nature, chocolat, chantilly, de rien du tout aussi.

Glossaire de la sorcellerie :


° dresser : à l'aide de la poche à douille déposer de petits tas sur la plaque à pâtisserie. 

Brioche aux pralines roses.










Je ne suis pas devenue une addict de la Map, mais je dois dire que pour préparer un goûter sans se donner de mal, lorsque l'on n'a pas le temps de cuisiner, c'est tout de même bien pratique.



Lorsque l'on a envie le matin au réveil de s'offrir une brioche toute chaude sans être obligé de courir chez le boulanger du coin, à peine réveillé, les cheveux ébouriffés comme un manga, c'est tout de même bien pratique.

Donc, je continue mes essais et le dernier en date est la brioche aux pralines roses.

La seule difficulté de la recette, c'est de ne pas dévorer les pralines avant de les mettre dans la cuve, parce que sinon, bah, c'est plus une brioche aux pralines roses, fatalement!!!


Cette recette est empruntée à Mercotte que je remercie.
 J'en profite pour vous recommander son blog qui est une véritable source d'inspiration.


Remplir son Chaudron  :

1 cuillère à soupe d'eau - 5 oeufs - 500g de farine (de gruau de préférence) - 300g de dés de beurre - 60g de sucre - 1 sachet de levure de boulanger - 200g de pralines roses - sucre perlé pour le décors.

La Formule Magique :

Battre les oeufs et le sel dans un bol.
 Dans la cuve, déposer l'eau, les oeufs battus, la farine.
Creuser un puits et y mettre la levure.
Déposer le beurre autour, ainsi que le sucre.
Choisir le programme "léger", poids 1250g, couleur dorée.
Au bip, ajouter les pralines, en réserver quelques unes pour le décors.

Juste avant la cuisson, dorer au jaune d'oeuf débattu dans un peu d'eau et parsemer le dessus des pralines réservées et du sucre perlé.






Lorsque la cuisson est terminée, sortez bien entendu la brioche de la cuve.




Secrets de Sorcière :

On peut utiliser de la farine type 55, la plus simple; mais la farine de gruau apporte une légèreté sans pareil. Elle est recommandée en pâtisserie pour les pâte briochées
 et feuilletées.



09/11/2007

Cookies Americains de Pierre Hermé



Petit biscuit  rapide à préparer, difficile à rater,facile à conserver, si vite dévoré, le cookie à l'heure du thé, du petit déjeuner plaît toujours.

On peut à partir d'une pâte de base le customiser sans problème : fruits secs, nougat, nougatine, pépites de chocolat, Smarties, M&M's, fruits confits, etc...la liste est exhaustive.

Il existe un tel choix de recette que je ne sais jamais quels cookies préparer. Aujourd'hui, j'ai choisi cette recette de Pierre Hermé tout simplement parce qu'elle ne demande pas le repos de la pâte

En revanche, les trouvant un peu trop sucrés, j'ai diminué la quantité de sucres initialement donnée par Pierre Hermé. Il proposait : 100g de sucre brun et 110g de sucre blanc.

Remplir son Chaudron :

100g de beurre ramolli - 175g de pépites de chocolat - 75g de sucre brun - 80g de sucre semoule 1 oeuf 1/2 cuillère à café de vanille - 225g de farine - 1/2 cuillère à café de levure chimique - pincée de sel.

La formule Magique :

Préchauffer le four 170°.
Battre ensemble le beurre ramolli et le sucre.
Ajouter l'oeuf puis la vanille.
Tamiser ensemble la farine, la levure et le sel. Les ajouter à la préparation précédente petit à petit.
Ajouter les pépites de chocolat.
Faire de petits tas sur la tôle à pâtisserie.
Enfourner pour 8 à 10 minutes.





Attendre si possible qu'ils soient refroidis pour les déguster.


08/11/2007

Potage de potimarron (à l'autocuiseur).


.../...Cendrillon se mit à pleurer. Sa marraine, qui la vit toute en pleurs, lui demanda ce qu'elle avait : -''Je voudrais bien... je voudrais bien...'' Elle pleurait si fort qu'elle ne put achever. Sa marraine, qui était fée, lui dit: -''Tu voudrais bien aller au bal, n'est-ce pas ? -"Hélas oui" dit Cendrillon en soupirant. -"Hé bien, seras-tu bonne fille ?" dit sa marraine, je t'y ferai aller. Elle la mena dans sa chambre, et lui dit : -''Va dans le jardin et apporte-moi une citrouille.'' Cendrillon alla aussitôt cueillir la plus belle qu'elle put trouver, et la porta à sa marraine, ne pouvant deviner comment cette citrouille pourrait la faire aller au bal. Sa marraine la creusa, et n'ayant laissé que l'écorce, la frappa de sa baguette, et la citrouille fut aussitôt changée en un beau carrosse tout doré.../...

Charles Perrault.


Applemini se rendit au jardin, et choisit le plus beau de ses potimarrons. Ne croyant plus au prince charmant depuis longtemps car elle avait trouvé le sien décida de transformer le légume en potage.

Remplir son Chaudron :

1 potimarron - 5 pommes de terres de belle taille - 250g de lardons fumés - 2 cubes de bouillon de boeuf - 4 portions de vache qui rit - deux saucisses à cuire fumées -une pincée d'ail - 4 cuillères à soupe de persil haché - sel - poivre.






La Formule Magique :

Détailler le potimarron en cubes, ainsi que les pommes de terre.

Faire revenir les lardons dans la cocotte, lorsqu'ils sont bien dorés ajouter les cubes de potimarron et de pomme de terre, le persil haché, l'ail.

Couvrir d'eau, ajouter les cubes de bouillon, saler et poivrer.


Faire cuire 20 minutes dès le chuchotement de la soupape.

Après cuisson, mixer le tout.

Au moment de servir, faire réchauffer en ajoutant la Vache qui Rit.

Secrets de Sorcière : 


Se déguste avec des tranches de pain beurrées et une cuillère de crème fraîche ajoutée au dernier moment.
On peut également réserver quelques lardons pour le service.


St Epvre



Suivant les villes le St Epvre change de prénom.


A Toul, c'est le Toulois, à Pont à Mousson , le Mussipontain. On le retrouve également sous le nom de Castel, Succès....


A Nancy et sa région, il porte le nom de St Epvre.




Ce gâteau est la fabrication exclusive, depuis 1895, de la pâtisserie sise place Saint-Epvre à Nancy. La marque fût déposée en 1907 e, t est redéposée depuis tous les 10 ans. Il va sans dire que la recette exacte et le savoir faire sont secrets et totalement inconnus et se sont passés aux quatre générations de pâtissiers qui se sont succédés avec, pour objectif, de maintenir ce qui est devenu une tradition, largement copiée par des concurrents indélicats de la région qui en vendent des ersatz sous d'autres appellations.


La Parenthèse Enchantée :
Dédiée au septième évêque de Toul, l'église Saint-Epvre fut reconstruite à Nancy de 1867 à 1875, date à laquelle elle fût érigée par le Pape Pie IX en basilique mineure. Pour commémorer le vingtième anniversaire de cette consécration, le pâtissier Xavier Dalisson, sis place Saint-Epvre, créa ce nouveau gâteau en 1895.
Usages Le Saint-Epvre se consomme à toutes occasions : baptêmes, communions, mariages, anniversaires, fêtes, Noël, Nouvel an et autres fêtes religieuses. Il est conseillé de placer le gâteau à température ambiante une heure avant dégustation. Un champagne l'accompagnera parfaitement.




Le Saint-Epvre est un gâteau très moelleux composé de deux disques de macarons aux amandes, garnis d'une crème au beurre à la vanille et à la nougatine pilée, le tout de fabrication maison. Rond et blond, saupoudré de sucre glace, il est présenté avec un ruban rouge ou bleu assorti d'une étiquette. Ses saveurs vanille et nougatine sont subtiles et s'équilibrent parfaitement en bouche. Il est composé entre autres de blancs d'œufs, de sucre et d'amandes pour le macaron, et de beurre, de sucre et de blancs d'œufs pour la base de la crème au beurre.


Savoir-faire :


Des disques de macarons aux amandes sont dressés sur plaques, à l'aide d'une poche munie d'une douille ronde unie, en forme de colimaçon, puis cuits à four doux. Parallèlement, le pâtissier prépare une crème au beurre avec du sucre cuit, des blancs d'œufs et du beurre. Il la parfume et en garnit l'intérieur des deux disques de macarons. Le gâteau est ensuite entreposé deux à trois jours, pour son "affinage", dans une chambre froide (un réfrigérateur) qui lui est réservée, ce qui rend le macaron moelleux. On ne connaît pas la température et le degré d'hydrométrie. Enfin, le pâtissier applique sur les côtés du Saint-Epvre une fine chapelure de macarons et le saupoudre légèrement de sucre glace.




Merci à Terroir d'en France pour ces précisions.




Bien évidemment, la recette qui va suivre et l'une des nombreuses variantes qui existent dans le monde des pâtissiers.
C'est même "ma" variante et je le revendique car n'aimant pas trop la pâte à macaron, je me contente de faire une meringue dans laquelle je glisse des amandes effilées grillées.




Il peut se préparer la veille pour le lendemain, il n'en sera que meilleur.


La recette que je vous propose est une adaptation de plusieurs tests que j'ai réalisés, notamment pour la crème au beurre.


Il y a différentes préparations, cela prend un peu de temps, mais cela en vaut vraiment la peine.




Lorsque je fais ce gâteau, je prépare toujours la même proportion de crème, pour un gâteau de 12 personnes, c'est beaucoup trop. Mais tant qu'à s'y mettre...
Ainsi, le reste de la crème pralinée est congelée pour d'autres gourmandises telles que Paris-Brest, mini-bûches, etc...


Pour utiliser la crème après sa congélation, il suffit de la laisser décongeler la veille pour le lendemain, elle sera comme au premier jour de sa préparation.


Comme il est dit précédemment, ce gâteau se compose donc de meringue et de crème au beurre pralinée.


Pour la meringue, pas de soucis, des blancs, du sucre, et le tour est joué.


Pour la crème au beurre, comme il y a plusieurs appareils à préparer je vous donne l'ordre dans lequel je le fais pour une meilleure organisation du travail. J'ai une préférence pour la crème au beurre à la meringue italienne que je trouve plus légère. Je lui ajoute ensuite une crème pâtissière. Oui, oui, elle est encore plus légère ainsi.



Tout d'abord, faites griller quelques amandes effilées que vous réserverez pour le décors et pour ajouter à la meringue. (commencer par cette opération permet de libérer le four pour la cuisson de la meringue).


Vous allez me demandez combien d'amandes effilées, hein?.......j'en étais sûre.

Bah, je sais pas!!


"Ça commence fort, la recette", me direz-vous!!! Soyez sans crainte, la suite sera plus précise.


LA CRÈME AU BEURRE.

La crème pâtissière :

On commence donc par la crème pâtissière qui ainsi aura le temps de refroidir avant d'être incorporée.

Chacun, chacune a souvent sa propre recette, farine ou fécule, vanille en poudre, en gousse, je vous laisse donc le choix de votre recette.

Sachez simplement qu'il faut en préparer avec 250ml de lait.

Ma recette? bon, je l'avoue, je triche, chuuuuttt!! dites rien, hein!! Je prends de la poudre à crème. Pour ne citer qu'elle, de la marque Moensh.

Pourquoi?......Parce que!!! Parce que je la trouve rapide à préparer, elle me sert également pour la préparation des flans parisiens et aussi pour la crème anglaise.


Remplir son Chaudron :

250ml de lait - 1 jaune d'œuf - 45g de sucre en poudre - 20g de poudre à crème.


La Formule Magique : 

Mélanger ensemble le sucre, le jaune et la poudre avec un peu de lait prélevé sur les 250ml

Faire chauffer le reste du lait. Lorsqu'il commence à bouillir verser en fouettant sur le mélange précédent. Remettre le tout sur le feu doucement et laisser cuire deux minutes sans cesser de remuer.


Débarrasser dans un cul de poule, passer du beurre sur le dessus de la crème (cela évite à la crème de figer et de faire des morceaux lors de son utilisation), couvrir d'un film alimentaire et laisser refroidir à température ambiante.


LA MERINGUE ITALIENNE ET L AJOUT DE BEURRE .


Remplir son Chaudron :

80ml d'eau - 330g de beurre mou à température ambiante - 200g de sucre - 3 blancs d'œufs - 8 cuillères à soupe généreuses de pralin

La Formule Magique : 

Faire chauffer l'eau et le sucre ensemble dans une casserole. Pendant cette opération passer un pinceau humide sur les bords de la casserole, cela évite au sucre de cristallisé durant la réalisation du sirop.
Pendant ce temps, commencer à monter les blancs en neige.

Lorsque les blancs sont montés et que l'eau sucrée atteint 110° continuer à fouetter les blancs tout en incorporant le sirop.

Continuer de battre pour obtenir un appareil épais et brillant.
Incorporer ensuite le beurre en petites parcelles toujours en fouettant. Lorsque tout le beurre est incorporé, continuer à fouetter pour obtenir un mélange lisse et homogène.
La crème au beurre à la meringue italienne est prête.
Incorporer ensuite  à la spatule la crème pâtissière puis le prâlin.
Mélanger le pralin, réserver au froid couvert d'un film alimentaire.

LES FONDS MERINGUES


Remplir son Chaudron:

6 blancs d'oeufs - 320g de sucre en poudre - quelques amandes effilées.

La Formule Magique :

Préchauffer le four 100°.

Battre les blancs en neige avec un filet de jus de citron, ajouter le sucre petit à petit. En gardant 100g de sucre pour la fin de la préparation.
Sur un papier sulfurisé, commencer à préparer les gabarits qui serviront pour les fonds. Pour cela, à l'aide d'un crayon de papier faire le contour d'une assiette, faire des traits très prononcés.
Au moment de coucher la meringue, retourner la feuille, les traits se verront par transparence mais ne s'imprimeront pas sur la meringue.

Lorsque les blancs sont presque montés, ajouter les 100g de sucre restant pour les "serrer", on obtient un mélange épais, lisse, brillant.

Dresser à la poche à douille le cercle de façon régulière. Saupoudrer d'amandes effilées grillées.






Enfourner les deux plateaux pour une demi-heure.


Une demi-heure plus tard, inverser les plaques dans le four (celle du haut en bas et vice et versa) pour obtenir une cuisson uniforme

Après cuisson, laisser refroidir.

MONTAGE

Sur le plat de service pour éviter toute manipulation hasardeuse, déposer le premier disque. (vous remarquerez l'inélégance du plat de service, mais le gâteau était pour emporter, j'ai donc choisi le côté pratique avant le coté esthétique).


Étaler la crème au beurre pralinée






Recouvrir du second disque.


Masquer ensuite les côtés avec la crème au beurre puis des amandes effilées.






Réserver au froid et saupoudrer de sucre glace tamisé au moment de servir.





Secrets de Sorcière :


Pour un dessert plus gourmand on peut ajouter des éclats de nougatine à la crème au beurre.
Sortir le gâteau une heure avant de le déguster et le laisser patienter à température ambiante.
Il est bien entendu possible de parfaire le décors en ajoutant des fils de caramels par exemple.
En plus d'être joli le croquant du caramel se marie parfaitement au moelleux de la meringue.

 Éviter de coucher la meringue trop finement sur la plaque, elle sera plus sèche et le gâteau pas joli. En plus elle sera plus fragile .

On peut également mettre les amandes effilées dans la meringue avant le dressage, cependant il ne faut pas prendre une trop petite douille, les amandes ne passent pas.
Ne pas se tromper de plat de service, ce gâteau une fois monté est particulièrement fragile.

Finalement ce sont les pâtissiers lorrains qui nous induisent en erreur, car le véritable St Epvre est garni uniquement de crème à la vanille, et non pas de crème pralinée. 
J'ai eu l'occasion de déguster le vrai, de chez Adam à Nancy, finalement, rien à voir avec celui que je vous propose aujourd'hui.