30/12/2010

Sablés bijoux ou sablés rubis de La Petite Pâtisserie d'Isa.

Je crois que c'est ma découverte de fin d'année sur le net.
Elle vient du blog La Petite Pâtisserie d'Isa.
L'idée est simple : broyer des bonbons acidulés et les marier à un sablé. Il suffisait d'y penser n'est-ce pas? Le résultat est top : on obtient un joli biscuit qui ressemble à un miroir et on croque dans un sablé au goût de bonbon qui nous rappelle notre enfance; grâce à Isa j'ai redécouvert des bonbons acidulés que j'avais oubliés. Je n'en n'avais pas acheté depuis au moins une trentaine d'années.

On peut varier les formes, les couleurs et s'en servir pour décorer d'autres gâteaux.
Conservés dans une boite en fer, on peut les garder plusieurs jours, voir plusieurs semaines.


Remplir son Chaudron : 

pâte sablée de votre choix (je vous recommande celle-ci qui se travaille bien et, est délicieuse - bonbons acidulés de différentes couleurs - jaune d'oeuf pour dorer.

 La Formule Magique :
Préparer la pâte sablée.


250 g de farine - 175 g de beurre fondu - 1 oeuf entier - 1 jaune d'oeuf - 100 g de sucre - 1 zestes de citron (ou de l'extrait de citron) - 7.5 g de levure alsacienne - 1 pincée de sel.

Mettre la farine dans un saladier, y faire un puits et mettre au centre le beurre fondu froid, l'œuf, le jaune, et le zeste de citron détaillé en petits morceaux, la levure et le sel.
Commencer à mélanger à la cuillère en bois. Lorsque la pâte devient dure à travailler continuer à la main pour obtenir une  pâte homogène.


Former une  boule, filmer et laisser refroidir une heure au frigidaire.


Préchauffer le four 180°.

Découper à l'emporte-pièce et évider le centre du sablé pour laisser la place au bonbon que l'on ajoutera ensuite ;  dorer au jaune d'oeuf.



Enfourner pour 11 minutes.

Pendant ce temps broyer entre deux feuilles de papier sulfurisé les bonbons à l'aide d'un rouleau à pâtisserie.

Sortir les sablés du four, en garnir de bonbons la partie evidée et remettre au four 4 minutes supplémentaires environ.

Bien surveiller, si les bonbons restent trop longtemps dans le four, ils perdront leur jolie couleur.

Sortir du four et laisser refroidir avant de les enlever de la plaque.

Mes photos ne sont pas géniales, prises le soir à la maison, ce n'est pas concluant, je dois bien l'avouer.
alors je me suis permise d'emprunter celle de La Petite Pâtisserie d'Isa qui est beaucoup plus jolie :



28/12/2010

On prend la même et on recommence, quand on aime, on ne compte pas, dit-on. Bûche framboise et chocolat en mousse sur meringue au chocolat de Pierre Hermé et petite histoire de la bûche de Noël.









Vu le succès remporté par la précédente bûche, (celle à la mousse framboise, mousse chocolat, brownies au jasmin et mousse au chocolat blanc),  vu que les proportions données étaient pour deux pièces, voici à nouveau le même dessert mais avec une variante : une semelle en meringue chocolatée et une crème chantilly légère pour la finition.

Je de rentre pas à nouveau dans les détails pour les mousses, les recettes sont ici.

Arrêtons nous quelques instants sur la meringue au chocolat de Pierre Hermé, elle se prépare avant les mousses; peut attendre plusieurs jours à l'abri de l'humidité.
Meringue au chocolat de Pierre Hermé (tiré du Larousse des Desserts).


Remplir son Chaudron : 

Pour deux bûches.

100 g de sucre glace - 15 g de cacao en poudre - 4 blancs d'oeufs - 100 g de sucre en poudre.

La Formule Magique : 


Tamiser sucre glace et cacao.

Commencer par dessiner sur du papier sulfurisé un gabarit de la taille du moule qui sera utilisé pour la bûche.
Ne pas oublier que le montage se fait à l'envers, de ce fait on dessine la partie haute du moule et on la la basse.
Fouetter les blancs au batteur électrique à vitesse moyenne en y incorporant, dès le départ et petit à petit, la moitié du sucre en poudre. Continuer à fouetter jusqu'à ce que les blancs montés soient brillants, lisses et très fermes. A ce moment-là verser dessus en pluie la seconde moitié du sucre en soulevant l'ensemble à l'aide d'une spatule souple et en soulevant l'ensemble le moins possible.
A l'aide de la spatule incorporer ensuite le mélange sucre glace/cacao.
Préchauffer le four à 120°.
Dresser la meringue à l'aide d'une poche à douille sur le gabarit.

Enfourner pour 1h30. (la recette initiale stipule deux mais c'est encore une fois selon les fours et l'épaisseur de la meringue).
Poser lorsqu'elle est bien refroidie la semelle de meringue sur les deux mousses préalablement mises dans le moule à bûche et congeler.
Trois heures avant la dégustation, préparer une crème fouettée avec 200 g de chantilly et 30 g de sucre glace.
Sortir la bûche du congélateur et la couvrir de la crème.

Laisser attendre au réfrigérateur une heure et poser les éventuels décors.

Remettre au réfrigérateur et la sortir un quart d'heure avant la dégustation.

La décoration de la bûche fera elle-même un sujet dans le prochain billet.


La Parenthèse Enchantée : 

La coutume voulait que, la veille de Noël, on aille chercher une énorme bûche de bois franc, appelée bûche de Noël, et qu'on la rapporte à la maison en grande pompe. Le soir de Noël, le maître de maison la plaçait dans l'âtre, procédait à des libations, en arrosant le tronc d'huile, de sel et de vin cuit et récitait des prières de circonstance.
Dans certaines familles, c'était les jeunes filles de la maison qui allumaient la bûche avec les tisons de celle de l'année précédente, qu'on avait pris soin de conserver précieusement. 
Dans d'autres familles, c'était plutôt à la mère que revenait ce privilège. Les cendres de cette bûche avaient, dit-on, la propriété de protéger la maison de la foudre et des pouvoirs maléfiques du diable.
Le choix de l'essence du bois, les pratiques d'allumage et la durée de combustion constituaient un véritable rituel pouvant varier selon les régions. 



Cette coutume, remontant au XIIe siècle, avait cours dans la plupart des pays européens, notamment en France et en Italie, où la bûche de Noël était appelée ceppo. Au Québec comme en France, cette tradition aurait perduré jusqu'au dernier quart du XIXe siècle. La disparition de cette tradition coïncide avec celle des grands âtres, remplacés progressivement par des poêles de fonte.

La grosse bûche fut alors remplacée par une petite bûche de bois, parfois rehaussée de chandelles et de verdure, qu'on plaçait au centre de la table comme décoration de Noël. Aujourd'hui, la bûche de Noël est devenue une pâtisserie traditionnelle.

Source :
www.culture.gouv.fr/culture

27/12/2010

Bredele interdits aux moins de 18 ans.


Qui ne connait pas les sablés glamours?

Elle a fait le tour du net.

Chaque année à Noël nous en faisons ma fille et moi.

C'est Christhummm et son blog qui m'ont fait découvrir ces sablés glamours.




Nouvel an approche. Traditionnellement, lorsque l'on passe le réveillon  entre amis on peut s'échanger de petits présents. Pourquoi pas offrir ces petits biscuits rigolos?

La recette de la pâte, je vous la donne ici. Vous pouvez prendre n'importe qu'elle recette de pâte sablée à condition qu'elle ne contienne que très peu de levure, c'est dommage si les sablés se déforment.


En revanche, je vous le concède, autant les sablés sont réussis, autant les photos sont moyennes. A la prochaine fournée, je reprends des photos et vous en promets de meilleure qualité.

23/12/2010

Des sablés, d'un coup de baguette magique, bredele au citron.


Féeriques et brillants voici des sablés magiques qui ressemblent à s'y méprendre à des baguettes magiques.

Une fois n'est pas coutume, la sorcière va se transformer en fée pour le plaisir de tous les gourmands.

 Une formule magique toute simple.  De la pâte sablée, un glaçage royal, du sucre argenté 




Remplir son Chaudron : 


250 g de farine - 175 g de beurre fondu - 1 oeuf entier - 1 jaune d'oeuf - 100 g de sucre - 1 zeste de citron (ou de l'extrait de citron) - 7.5 g de levure alsacienne - 1 pincée de sel.
  
La Formule Magique : 


Mettre la farine et le sucre dans un saladier, y faire un puits et mettre au centre le beurre fondu froid, l'oeuf, le jaune, et le zeste de citron détaillé en petits morceaux, la levure et le sel.
Commencer à mélanger à la cuillère en bois. Lorsque la pâte devient dure à travailler continuer à la main pour obtenir un pâte homogène.


Rouler en boule, filmer et laisser refroidir une heure au frigidaire.


Préchauffer le four 180°.

Découper à l'emporte-pièce. 


Cuire une quinzaine de minutes.


Laisse refroidir et décorer.



Les emporte pièce chez RueduCommerce.

Les sucres colorés chez BienManger.com

21/12/2010

Pain d'épices édition 2010, la décoration glaçage royal.





Après la cuisson des pain d'épices, j'aime particulièrement leur décoration.





L'idéal est d'utiliser le glaçage royal que l'on prépare en fouettant à la fourchette du blanc d'oeuf et du sucre glace.



Pour un glaçage réussi il faut obtenir un appareil épais et brillant.




Si il est trop liquide et transparent le rendu sera beaucoup moins joli.




Une fois la base blanche, brillante et épaisse obtenue, on ajoute les colorants alimentaires avec précaution.
Puis on rectifie l'épaisseur en ajoutant à nouveau du sucre glace. Si le mélange est trop épais, un peu d'eau résoudra le problème.


Ensuite il suffit de verser les glaçages obtenus dans de  petits sacs à congélation et de couper un angle. Plus l'angle sera coupé, plus le trait sera épais.

Votre imagination fera le reste.
Une suggestion : utilisez les pain d'épices comme cartes de voeux, marque-place, messager


Pain d'épices, edition 2010.

Il ne faut jamais remettre au lendemain ce que l'on peut faire la veille. Partant de ce dicton, j'ai commencé mon pain d'épices il y a quelques jours.
Heureuse initiative car depuis deux jours un problème électrique empêche mon four de fonctionner.

 Dommage, le Père Noël étant passé un peu en avance m'avait apporté un livre sur le pain d'épices de la Maison Fortweger en Alsace. Je me réjouissais à l'avance de tester leurs recettes. Malheureusement il va me falloir attendre un peu.


Voici donc la collection 2010 avec un petit changement dans la réalisation de la pâte : l'ajout de sucre inverti. Oh ce n'est pas une révolution, mais après les tests, le pain d'épices durcit moins et reste plus longtemps moelleux à condition cependant de veiller à ne pas la faire trop cuire, comme cela m'est arrivé l'année dernière.
 










La Formule Magique  :



Faire tiédir 250g de miel  mélanger 50g de farine de seigle et 200g de farine de blé et 30 g de sucre inverti.
Ajouter :  
3 pointes de couteau de zeste d'orange - 3 pointes de zeste de citron -  1 jaune  - 4g de 4 épices - 1g d'anis poudre - 5g de cannelle - 0.5g de cardamome - 2.5g de bicarbonate de soude  et  2.5g de levure chimique préalablement dilués dans un peu d'eau.


Bien mélanger le tout.


Préchauffer le four à 160°.


Si la pâte est un peu molle la faire durcir une demi-heure au froid.


L'étendre, découper. Si ils sont destinés à être glacés, ne pas les dorer au lait ou au jaune d'oeuf; le glaçage tient moi bien sur un biscuit doré.


Enfourner pour 9 minutes (les biscuits doivent ressortir souples, ils durciront après).
Procéder à la décoration lorsqu'ils sont refroidis.




Où trouver de jolis sucres colorés pour la finition ? :



20/12/2010

On reste à la maison, on bricole, on cuisine, c'est l'esprit de Noël.

La Lorraine est sous la neige.
On reste sous la couette, près de la cheminée, on profite de se retrouver en famille pour bricoler, cuisiner, buller aussi.
Le sapin est pratiquement terminé, la décoration de la maison prend forme au cours de la journée.

On fouille dans les placards à la recherche de trésors oubliés que l'on va transformer : des boules un peu passées, des plumes, perles  peinture feront  des merveilles en peu de temps.


Les plus doués et patients se lanceront dans le compliqué, les plus petits peuvent aussi participer et les plus maladroits peuvent tout effacer et recommencer.

19/12/2010

Bûche féerique : chocolat, framboise, coeur meringué et brownie au jasmin.




Bon, là on rigole plus, cela se rapproche dangereusement. Plus que quelques jours  et sortez le cortège des mets, plats, chocolats, et autres réjouissances.


Les bûches de Noël ont bien changées depuis mon enfance, les crèmes au beurre ont cédées leur places aux mousses, les biscuits roulés se sont effacés devant les pains d'épices, les sablés au beurre et les traditionnels nains et scies en plastique ont disparu pour des décors qui se mangent.


Moi, j'aime bien la crème au beurre, depuis que j'ai adopté une recette à base de meringue italienne, je suis réconciliée avec. Mais, c'est bien aussi de visiter d'autres horizons, surtout en pâtisserie.


Alors pour ceux qui veulent des idées voici quelques suggestions : la traditionnelle pièce montée, démontée et carrée pour une bûche en croquembouche, le Trianon (ou Royal chocolat), un mélange harmonieux de mousse au chocolat chantilly entre deux feuilles de chocolat croquant. J'ai aussi en réserve une bûche framboise-chocolat légère comme un flocon de neige.














 Cette année, pour la  première bûche (comme je suis invitée à droite et à gauche, je me charge des desserts, j'en prépare donc plusieurs), j'ai revisité la chocolat-framboise.
Les deux mousses seront garnies de meringues et le sablé breton remplacé par un brownie punché au sirop au jasmin.
Le tout enrobé d'une mousse au chocolat blanc.


Il est préférable de s'y prendre quelques jours avant pour les meringues; la veille au plus tard  pour le sirop à puncher, les brownies  et les mousses. Ce type de gâteau se congelant, vous pouvez sans problème le préparer bien à l'avance.
Ainsi pas de stress, et le dessert n'en sera que meilleur.

Les proportions sont valables pour deux bûches de 30 x 11 cm. Pour dix - douze personnes.

  • Quelques jours avant donc, les meringues



Remplir son Chaudron : 
Pour plein de petites petites meringues (une plaque à gâteau) de taille d'une noisette.

2 blancs d'oeuf - 140 g de sucre -  une goutte de jus de citron - colorant (facultatif) - arômes (facultatif, ici framboise).

La Formule Magique : 


Préchauffer le four 100°.
Monter les blancs en incorporant petit à petit la moitié du sucre. Lorsqu'ils ont doublé de volume, incorporer la moitié du sucre restant. Lorsqu'ils sont devenus ferme, ajouter le sucre restant. Le mélange devient encore plus ferme, lisse et brillant.
Diviser la pâte en deux; laisser en attente une moitié qui restera blanche (pour garnir la mousse au chocolat) et dans l'autre moitié ajouter à la spatule le colorant rouge et l'arôme framboise.

Dresser à la poche à douille sur une plaque garnie de papier sulfurisé et enfourner pour une heure environ. Une fois cuites les garder dans une boite à gâteaux en fer.

La veille :


  • - le sirop au jasmin pour puncher le gâteau facultatif l'on préfère des brownies très fondants.*


Remplir son Chaudron : 


300 g d'eau - 100 g de sucre en poudre - quelques gouttes d'arôme jasmin.
La Formule Magique : 




Faire chauffer l'eau et le sucre à 105° et laisser refroidir. Lorsque le sirop est froid incorporer l'arôme. Réserver au froid.


  • le brownie chocolat :


Remplir son Chaudron : 
pour deux bûches.

 450 g de sucre en poudre - 240 g de chocolat noir - 180 g de beurre - 4 oeufs battus - 180 g de farine.

La Formule Magique : 


Beurrer deux moules de 20 cm.

Faire fondre ensemble le chocolat au bain-marie. Laisser refroidir.
Ajouter les oeufs battus, le sucre et la farine. Mélanger rapidement et délicatement. Débarrasser dans les moules.
Cuire une demi-heure environ.
Le dessus doit être croquant et l'intérieur fondant.

*Je les ai laissés  cuire un peu plus longtemps afin de pouvoir les tremper dans le sirop.

  • - La mousse framboise  
Remplir son Chaudron : 
pour deux bûches :

325 g de pulpe de framboise - 12 g de gélatine - 1 blanc d'oeuf - un peu d'eau  (28 g)- 60 g de sucre semoule- 325 g de crème liquide - 25 g de sucre glace.

La Formule Magique :
Faire ramollir la gélatine dans l'eau froide.
Chauffer la pulpe de framboise, aux premiers frémissements et hors du feu incorporer la gélatine. Bien mélanger; laisser refroidir et prendre.


Préparer une meringue italienne ainsi : faire chauffer l'eau et le sucre en poudre, à 100° commencer à battre le blanc d'oeuf en neige. Lorsque le sirop atteint 120° le verser en un mince filet sur le blanc tout en continuant à fouetter.
Fouetter jusqu'à ce que le mélange soit bien tiède.


Mixer la gélatine, l'incorporer à la meringue italienne en fouettant doucement. Réserver.

Battre la crème fleurette en chantilly en incorporant progressivement le sucre glace.

Mélanger la crème chantilly à la meringue à la framboise à la spatule.

Tamiser un moule à bûche d'un film alimentaire en prenant soin de bien faire dépasser le film des bords.

Coucher la moitié de la mousse framboise. Réserver au froid.

  • - La mousse au chocolat :

 Remplir son Chaudron : 
 pour deux bûches :


100 g de beurre - 400 g de chocolat - 10 oeufs.


La Formule Magique : 


Faire fondre au bain marie le chocolat et le beurre.
Incorporer énergiquement les jaunes d'oeufs.
Battre les blancs en neige.
Les incorporer délicatement.


D'un Coup de Baguette Magique : 

Sortir la mousse à la framboise, parsemer selon votre goût de meringues à la framboise. Coucher la moitié de la mousse au chocolat, parsemer de meringues nature, les enfoncer légèrement.

Imbiber les brownies de sirop au jasmin. Les déposer sur la mousse au chocolat.

Couvrir d'un film alimentaire. Appuyer pour bien tasser.

Congeler.

  • La mousse au chocolat blanc : (à faire juste avant le montage)



Remplir son Chaudron : 




Pour deux bûches :

400 g de crème fleurette - 200 g de chocolat blanc.

La Formule Magique : 
Faire fondre au bain-marie le chocolat blanc.

Monter la crème en chantilly.

Incorporer le chocolat blanc à la crème chantilly. Réserver au frais.

Démoulage et décoration:



La laisser attendre au réfrigérateur et la sortir un quart d'heure avant la dégustation.

On peut simplement la saupoudrer de cacao noir amer tamisé au moment de servir.

Pour résumer : la veille on commence par le sirop , ensuite on cuit le gâteau. 
 Puis on prépare la mousse framboise  que l'on met dans le moule. 
On n'oublie pas les meringues framboise.  
Ensuite la mousse au chocolat que l'on dépose sur la mousse framboise. On ajoute les meringues nature. On termine par la semelle en brownies.
On filme.  
On met le tout au congélateur jusqu'au jour J.
Le jour J, on prépare la mousse au chocolat blanc. On démoule la bûche congelée. On l'enrobe de la mousse et on passe à la décoration.
On la remet au frigidaire. Un quart d'heure avant de la servir on la sort du froid et on la laisse attendre à température ambiante.



Les proportions étant pour deux gâteaux, ici vous trouverez une version différente avec une meringue au chocolat et de la crème chantilly.

16/12/2010

Potage de potiron aux chataignes.






Après le potage de potiron en croûte, après le velouté de potiron aux lardons, voici la citrouille mariée aux châtaignes.



Les proportions indiquées sont pour quatre personnes; d'habitude lorsque je prépare du  potage, j'en fait toujours plus et je congèle. Mais cette fois, n'étant pas sûre que cette soupe plairait à mes deux ados et à Mr Applemini, je n'en n'ai pas préparé beaucoup.


Heureusement que je n'ai pas parié, ce velouté a fait l'unanimité, une fois n'est pas coutume.


La neige est de nouveau revenue, c'est l'hiver ma pov' dame, il faut faire avec et je déteste la neige. Si je  pouvais hiberner, juste me réveiller pour Noël....



Avant de vous livrer la recette je remercie ma sœur, sans qui, cette recette n'aurait jamais vu le jour cette année. En effet, les caprices de la nature ont fait que je n'ai pas récolté une seule citrouille cette année au jardin, c'est donc elle qui m'a fourni et le potiron et les châtaignes. 

Remplir son Chaudron :


500 g de châtaignes épluchées - 500 g de potiron épluché et détaillé en cubes - 500 g de pommes de terre épluchées et coupées en morceaux -  3 litres de bouillon de volaille - une petite pincée d'ail (pour ne pas anéantir la saveur des châtaignes et du potiron) - sel - poivre - crème fraîche pour le service.

  La Formule Magique :

Mettre tous les ingrédients dans la cocottes minute.
Faire cuire vingt minutes après le démarrage de la soupape.
Après cuisson, prélever quelques louches de bouillon avant de mixer afin de ne pas obtenir un potage trop liquide.
Il est toujours temps de réajuster ensuite en rajoutant du bouillon si nécessaire.

Mixer,servir avec une cuillère à soupe de crème fraîche.

11/12/2010

Bredele : biscuits damiers et spirales chocolat vanille ou wiss un schwàrzi buter bredele pour les balèzes en langue alsacienne.




Comme promis lundi, voici la recette des damiers et spirales noirs et blanc. Ils font partie des traditionnels bredele, les biscuits alsaciens servis au moment des fêtes.

Conservés dans des boites en fer, vous pouvez les préparer maintenant, conservés dans des boites en fer, ils seront parfaits pour garnir les paniers gourmands que vous préparerez peut être pour offrir. 

Remplir son Chaudron :

350 g de farine - 150 fg de sucre semoule - 2 jaunes d'oeufs - 200 g de beurre - 1 cuillère à soupe de rhum - 1 cuillère à soupe de crème fraîche - 2 cuillères à soupe de cacao amer.


 La Formule Magique:

Tirée du livre Bredele et gâteaux de Noël (Thierry Kappler)

Mélanger le sucre et la farine.

Incorporer le beurre et pétrir jusqu'à son absorption complète.Ajouter les jaunes. La pâte doit pouvoir s'étaler au rouleau, ajuster en ajoutant soit de la farine, soit du lait.

Diviser la pâte en trois parts égales. En mettre deux au réfrigérateur emballées dans du film alimentaire pour 1 heure minimum.

La troisième part, ajouter le rhum et le cacao amer.

Diviser cette pâte chocolatée en deux parts égales également, filmer et laisser attendre au réfrigérateur aussi 1 heure minimum.

Une heure plus tard former les gâteaux ainsi :

Les spirales :

Prendre une part de pâte blanche, l'étendre au rouleau en une abaisse  rectangulaire de 2 mm d'épaisseur.
Procéder de la même façon avec une pâte cacaotée.

Badigeonner la pâte blanche de lait à l'aide d'un pinceau. Poser la pâte noire dessus. Rouler cet assemblage dans le sens de la longueur afin de former un cylindre de 2,5 cm de diamètre.
Le remettre au réfrigérateur filmé une heure minimum.(le livre indique 4/5 heures).


Préchauffer le four sur 150°.

Couper ensuite des tranches de 5 mm, les placer sur des tôles beurrées (ou du papier sulfurisé) en les espaçant bien. Enfourner pour 18 minutes.

06/12/2010

Mannele.

Aujourd'hui 6 décembre est un jour particulier pour les  petits Lorrains. C'est la St Nicolas.


Traditionnellement dans ma famille c'est le jour où nous faisons le sapin et décorons la maison. Même si mes enfants sont grands maintenant, ils adorent cette tradition et ne manqueraient pour rien au monde ce jour de fête.


Pour que l'esprit de Noël flotte dans la maison je prends toujours le temps de préparer des pâtisseries qui embaument la maison pendant que se monte le sapin.


Une pose ensuite s'impose : chocolat, thé ou café accompagnés cette année de Mannele. Spécialité briochée alsacienne ces petits bonshommes vous les connaissez sûrement.

Je vous avais présenté une recette  réalisée la Map l'année dernière.

J'ai aussi fait pour la première fois des wiss un schwarzi butter bredele. Pour le dire plus simplement : des damiers et spirales au beurre. Vous savez ce sont ces petits gâteaux au chocolat et à la vanille qui forment un damier.

Cette année St Nicolas tombant un lundi, nous avons profité d'hier dimanche pour avancer décoration et pâtisserie.


Je vous livrerai la recette cette semaine des damiers, aujourd'hui passons au mannele:


 Remplir son Chaudron :


Pour 5 pièces.

500 g de farine - 120 g de sucre semoule (100 g selon le livre) - 25 g de levure fraîche de boulanger - 100 g de beurre - 200 g de lait - 2 oeufs - 5 g de sel - pépites ou raisins secs pour la décoration - 1 jaune d'oeuf pour dorer.


 La Formule Magique :
 Tirée du livre Bredele et gâteaux de Noël de Thierry Kappler.

Faire tiédir la moitié du lait et la verser dans un récipient. Y délayer la levure, verser 100 g de farine prélevés sur les 500 g prévus pour la recette.
Mélanger, couvrir d'un torchon et laisser lever trente minutes (20 minutes selon le livre).
Pendant ce temps, faire fondre le beurre dans une casserole, y ajouter le lait et y faire fondre le sucre et le sel. Laisser refroidir.

Trente minute plus tard, ajouter la préparation précédente au levain, pétrir en ajoutant les oeufs. Pétrir en ajoutant la farine petit à petit.
Pétrir énergiquement pendant 10 à 15 minutes. On peut bien entendu utiliser un robot pétrisseur muni de crochets.
Couvrir d'un linge et laisser lever à nouveau 30 minutes.


Trente minutes plus tard, déposer la pâte sur le plan de travail fariné; former 5 boules avec 40 g de pâte et 5 boudins assez larges qui formeront le corps.


 Travailler ensuite sur la plaque à pâtisserie garnie de papier sulfurisé pour éviter de manipuler trop les bonshommes.
Souder chaque boule à un boudin. A l'aide d'une paire de ciseaux découper les bras et les jambes (pour plus de détails voir le procédé ici en photo).

Préchauffer le four 180°.

Laisser à nouveau lever 30 minutes (20 selon le livre).
Dorer chaque pièce et former les yeux, le nez et éventuellement les boutons avec soit des pépites de chocolat, soit des raisins secs.

Enfourner 20 minutes four 180°.

Les laisser refroidir sur une grille après cuisson.

On peut éventuellement parfaire la décoration avec un glaçage.

05/12/2010

Nouveau Partenaire : voyage au pays basque avec Laurent Petricorena.

J'ai un souvenir du pays basque emprunt de nostalgie tout simplement car c'est dans cette région que je suis partie en vacances pour la première fois avec Mr Applemini.

Pour moi, la gastronomie basque c'est le poulet basquaise, le gâteau basque, mais aussi le piment d'Espelette, l'Ossau Iraty et bien entendu le jambon de Bayonne.

C'est pourquoi j'ai été agréablement surprise de recevoir de la  part de la maison Laurent Petricorena un bloc de foie gras de canard.

Bien entendu, lorsque l'on est pas trop nul en géographie, on sait situer le Pays Basque : sud-ouest. Et qui dit Sud-Ouest, dit....foie gras.



Je ne vais pas vous mentir, je n'ai pas encore dégusté le produit; je vous en reparlerai donc plus tard. En attendant, je vous laisse découvrir un nouveau partenaire ici.

04/12/2010

Tiramisu avec des brownies, pourquoi pas?

Sur la base d'une même recette : varier les plaisirs.
C'est simple, bon et facile.
Encore faut-il avoir des idées et accorder les mélanges.
Ici le mascarpone  s'acoquine avec le brownie au chocolat et c'est l'alliance parfaite.

Pour les brownies, je ne vais pas vous mentir, ils ne sortent pas de mon four. Tout simplement par manque de temps, et aussi parce que je voulais des gâteaux bien proportionnés pour la réalisation de ce dessert.

Et puis je viens de me rendre compte qu'il n'y pas une seule recette de ces petits gâteaux dans le Chaudron Magique; tiens, comme c'est étrange, j'en ai déjà fait pourtant! Il faut que je comble cette lacune.

Remplir Son Chaudron :  

Pour dix personnes (10 ramequins).
15 brownies de petite taille - 250 g de mascarpone - 4 oeufs - 55 g sucre - 3  grandes tasses de café très fort - rhum ambré - cacao amer.

La Formule Magique : 

Fouetter ensemble les jaunes d'oeufs et le sucre; ajouter le mascarpone pour obtenir un mélange homogène. Battre les blancs et neige et les ajouter à la préparation.
Mélanger au café le rhum.

Garder 10 brownies entiers, et découper les cinq autres en deux.

Tremper chaque brownie entier dans le mélange café/rhum; le déposer au fond du ramequin. Couvrir jusqu'à la moitié du contenant de crème au mascarpone. Saupoudrer d'un peu de cacao amer.

Imbiber ensuite un demi brownie, le déposer sur la crème, couvrir à nouveau de crème. 

Recommencer l'opération pour chaque ramequin.

Réserver au froid plusieurs heures.

Saupoudrer de cacao amer chaque préparation avant de déguster.

03/12/2010

Salade d'endives. Je me doute bien que vous savez préparer une salade, ce billet est juste un alibi pour la découverte d'une vinaigrette particulière.


 Quelle cuisinière passionnée n'aimerait pas tester de nouveaux produits?
C'est l'avantage des partenariats : découvrir de nouvelles saveurs, oser goûter alors qu'il ne nous viendrait pas à l'idée de les acheter.
Je ne suis pas une adepte des vinaigrettes "toutes prêtes". Je pense qu'il est assez facile de varier les plaisir en piochant nous même dans nos placards.
Cependant, certains produits méritent qu'on leur donne un peu d'attention, ne serais-ce que pour leur originalité.


Lorsque j'ai reçu le flacon de vinaigrette à l'orange et au cumins de l'épicerie Les Comtes de Provence je dois avouer que j'ai un peu fait la grimace.
Je suis plutôt classique côté vinaigrette. J'ose le vinaigre balsamique, le caramel de balsamique, le vinaigre maison que j'ai plaisir à aromatiser mais cela ne va guère plus loin.
Et puis, j'ai goûté et j'ai été surprise, agréablement surprise.

Associé une première fois à des carottes râpées, le produit n'a pas révélé tous ces arômes.

Marié à une salade d'endives, il s'est révélé.

La saveur douce de la carotte s'associe parfaitement avec l'amertume de l'endive ainsi que les notes subtiles et discrètes de l'orange. Je regrette juste l'absence, malgré sa présence du cumin.
Les enfants aiment beaucoup cette vinaigrette, car discrète, pas acide du tout.

Les Comtes de Provence conseillent son utilisation avec des terrines de poisson, à tester prochainement.

Vous trouverez cette vinaigrette ici.

01/12/2010

Brioche de Noël (Krescht Stole).



Je ne sais pas si je vous ai parlé de mon amie Martine? 
Il y a Martine, ma soeur, celle qui fait de très bonnes tuiles aux amandes, et mon amie Martine, ma voisine qui est peut être la plus gourmande de nous deux. J'ai dit "peut être".

Lorsque j'ai emménagé dans ma pampa meusienne, c'est avec elle que j'ai en premier sympathisé.
Elle habitait trois maisons au dessus de chez moi et nous avons fait connaissance sur le chemin de l'école

Si à cette heure-ci je suis devenue meilleure pâtissière qu'avant c'est grâce à elle.Deux gourmandes ensemble que quoi parlent -elles je vous le demande?


Elle m'a appris à être patiente, à croire que rien n'est difficile. Elle m'a fait découvrir la fabrication facile du mille-feuille maison, des pièces montées, des bavarois et bien d'autres choses encore...
Je lui ai fait découvrir en revanche la recette des guimauves, Thuriès magazine, les chocolats maison" et bien d'autres choses encore...
Ensemble nous avons appris à faire du pain, les maisons en pain d'épices  et grâce à elle j'apprécie depuis une petite dizaine d'année la culture de mon potager.

Lorsque l'une essaye une recette, elle l'a fait goûter  à l'autre. Si la recette est validée, on se l'échange. Trucs et astuces subissent le même sort. Moules et accessoires de cuisine vadrouillent aussi de sa cuisine à ma cuisine.
 Et je peux vous dire que ce trafic de recettes fonctionne bien. 

Je suis jalouse que de trois choses chez elle : son amour du travail parfait, son don pour la couture et surtout,  son Kitchen'aid.
Je ne crois pas avoir rencontré quelqu'un d'aussi généreux. 


Une belle histoire d'amitié gourmande.

Alors pour illustrer mes propos voici une recette que j'ai goûté chez Martine. 
Après avoir emporté la moitié de sa brioche, son livre que je vais m'empresser de recopier, je lui dois bien un petit article.

Voici donc la recette de la brioche de Noël (Krescht Stolle en Alsacien).



Remplir son Chaudron : 
Pour 4 pièces (1300g).

1200 g de farine - 200 g de sucre semoule -3 oeufs entiers - 250 g de beurre - 50 g de levure de boulanger fraîche -  200 g d'amandes - 100 g de noisettes - 100 g de raisins secs - 100 g d'un mélange égal de citron et d'oranges confits - 1 zeste de citron - 2 cuillères à café bombées de sel fin - 1/2 cuillère à café de cannelle moulue - 250 g de lait - 2 verres à liqueur d'eau de vie (quetsche).*
pour le décors : beurre fondu et sucre glace.

La Formule Magique : 



Recette tirée du livre :Bredele et gâteaux de Noël de Thierry Kappler.

Hacher les amandes, hacher et griller les noisettes. Faire macérer les les raisins dans l'alcool.
Faire tiédir la moitié du lait et le verser dans une jatte.
Délayer la levure dans le lait tiède et verser 150 g de farine, bien mélanger.

Couvrir d'un linge et laisser lever pendant environ 45 minutes.

Dans une casserole faire fondre le beurre, le sel et le sucre avec le lait restant. Laisser tièdir, puis incorporer la pâte levée.
Ajouter le restant de farine, les oeufs entiers, les amandes, les noisettes, les fruits confits, la cannelle, les raisins égouttés et le zeste de citron.
Travailler la pâte pendant 15 minutes.
Au besoin, rajoutez du lait si vous la trouver trop ferme.
Laisser à nouveau lever pendant deux heures à température ambiante.

Déposer ensuite la pâte sur le plan de travail, scinder la en quatre parts égales.
Les étaler en abaisses circulaires d'environ 25 cm de diamètre et de 15 mm d'épaisseur.
Plier en deux chaque cercle et les poser sur une tôle beurrée.

Laisser lever à nouveau trente minutes.

Préchauffer le four thermostat 6, 7 pour les fours à chaleur tournante.

Enfourner pour une cuisson de quarante minutes.
 En fin de cuisson badigeonner de beurre fondu, saupoudrer de sucre glace, enfourner pour trois minutes. Recommencer l'opération deux fois encore.

* peut être remplacée par de l'eau de vie de mirabelle.

Déguster au petit déjeuner, au goûter, avec du thé ou du café et pourquoi pas accompagné d'une confiture de framboise.

Profitez bien de ces recettes hivernales, c'est un peu de chaleur et de bonheur entre deux flocons. En Lorraine l'hiver est bien installé depuis deux jours.
L'absence de transports permet à ma lycéenne de rester à la maison, elle en profite pour dessiner;  même grands, les enfants adorent la neige.